Restauration du fauteuil du bureau

Encore une fois, il s’agit ici d’un article écrit avec le « nous » d’un travail à 4 mains.

Après la restauration du prie-Dieu, ou plutôt devrais-je dire en même temps que le prie-Dieu, nous avons entrepris la restauration du fauteuil du bureau. Pour le côté nostalgique, ce fauteuil appartenait à la grand-mère de Fred.

Ce fauteuil avait le même tissu depuis plusieurs décennies, apparemment une soixantaine d’année, de plus il avait l’accoudoir légèrement branlant, pour ne pas dire désolidarisé du reste du fauteuil. Sans oublier que le vernis datait lui aussi et que l’ensemble avait besoin d’un bon coup de jeune, oui mais pas trop quand même parce que nous nous aimons l’ancien.

Donc, nous l’avons tout d’abord réparé au niveau de l’accoudoir. Puis, nous l’avons dégarni tout en prenant soin de ne pas déchirer le tissu afin qu’il puisse nous servir de gabarit pour le tissu neuf. nous l’avons ensuite poncé, et cette fois la consigne était de le mettre à blanc pour pouvoir passer la teinte chêne doré. Le bureau se trouvant à proximité du prie-Dieu, nous avons opté pour la même teinte.

J’ai eu l’idée pour le dossier, la face arrière visible, d’utiliser une chute du tissu qui avait servi à faire les rideaux du dressing, en plus de s’harmoniser avec le reste de la chambre, cela permet de mettre une touche de fantaisie sur le fauteuil.

J’ai commencé à fixer le tissu arrière mais apparemment, j’ai eu tellement peur que le tissu soit un peu lâche que je l’ai un peu trop tendu, alors Fred a repris les rênes et il a mis le tissu. Comme il y a une partie du fauteuil où il est impossible de mettre des clous, nous avons choisi de poser avant les clous un galon rouge pour faire un contraste avec le tissu mais un raccord avec les couleurs du dossier arrière. Ensuite pose des clous dorés, toujours pour l’harmonie avec le prie-Dieu, mais aussi pour donner plus de lumière au tissu.

Maintenant, il ne me reste plus qu’à faire une couture invisible pour fixer le galon, qui même si adhésif à tendance à légèrement se décoller quand nous nous asseyons dessus.

Pour ce fauteuil aussi, il nous aura fallu trois jours, comme le prie-Dieu, sachant que ce sont les mêmes trois jours puisque nous les avons restaurés en même temps, optimisation du temps oblige.

A bientôt pour de nouveaux projets, de nouvelles réalisations, de nouvelles créations.

Créativement vôtre.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :