Je veux comprendre…

Je veux comprendre comment font certains artistes pour vivre de leur art. Je veux comprendre comment font certains artistes pour exposer leurs œuvres régulièrement voire de façon permanente. Je veux comprendre comment font certains artistes pour avoir une renommée nationale voire internationale. Je veux comprendre pourquoi moi je n’y arrive pas.

Je sais cela ressemble à une petite crise d’ego mal placée mais j’assume. J’ai beaucoup travaillé, j’ai réalisé des tableaux, des collages, des sculptures, des œuvres diverses et variées. Je me suis donné du mal, j’ai écouté les critiques, j’ai encaissé les coups bas, j’ai supporté les « Moi aussi je sais le faire », les « Tu me donnes un pinceau et de la peinture et je fais pareil », les « Trop facile de faire ça », les « Ce ne sont même pas des vrais journaux qui ont servis pour le collage », j’ai tout encaissé sans rien dire, sans broncher, un effort surhumain pour mon caractère. Résultat, j’en suis revenu au point de départ, pire j’ai le sentiment de régresser.

Je sais je n’ai pas fait une grande école d’arts, réservée aux bourgeois prétentieux sans talent qui ont des réseaux de connaissances encore plus bourgeoises et prétentieuses qu’eux. Je suis un artiste autodidacte, je sais pour certains c’est vulgaire, mais je suis peut-être autodidacte mais j’ai suivi des cours et des stages pour différents médiums…pour le reste j’improvise ou je demande à des professionnels, enfin ceux qui acceptent de partager leur savoir.

Je ne suis pas un fils de…

Je suis un enfant d’ouvriers qui se donne du mal pour être écouté, entendu et vu. Je suis dyslexique et je dois travailler plus qu’un autre pour atteindre mes objectifs. J’ai rencontré des personnes géniales qui n’ont de cesse de m’encourager, de me prodiguer des critiques constructives, qui me poussent à toujours donner le meilleur de moi-même. Je dois me battre pour avoir la chance d’exposer un tableau, une sculpture.

Parfois, je suis avec le moral dans les chaussettes, et les mauvaises nouvelles s’enchaînent. Je me dis alors que c’est un cercle vicieux et c’est à moi de faire en sorte d’en faire un cercle vertueux.

Parfois, je rêve de devenir un artiste reconnu, je rêve de vivre de mon art. Alors je m’inspire de personnes qui se sont battues pour réussir, pour en arriver là où elles en sont. Je tente de comprendre le processus qui leur a permis d’en arriver là. Je me dis que je dois travailler plus, bâtir mieux mes projets, les rendre solides afin de pouvoir les présenter aux bonnes personnes afin qu’elles ne puissent pas me refuser l’accès à la marche supérieure.

Alors oui, je le sais, j’ai la chance d’avoir fait des expositions, personnelles et collectives, j’ai vendu quelques œuvres, j’ai eu quelques articles dans la presse locale, mais je ne veux pas m’en contenter. Je veux plus.

Je veux comprendre comment devenir un artiste qui expose, qui vit de sa passion pour l’art, qui partage avec d’autres artistes, qui voyage dans des lieux où l’art à toute sa place.

Je rêve d’exposer à Berlin.

Je rêve de devenir un artiste reconnu.

Je suis prétentieux, peut-être. Je crois plutôt que j’ai besoin d’essence pour continuer à avancer dans le monde de l’art, parce que pour le moment malgré tous mes efforts, je me sens en marge de monde.

J’ai besoin d’entendre un compliment venu d’un inconnu sur mon travail.

En attendant de comprendre, je continue de travailler. Je viens d’envoyer mon manuscrit complètement retouché au seul éditeur qui s’est donné la peine de me faire des critiques plus que constructives.

J’angoisse dans l’attente de le lire à nouveau, savoir si la nouvelle mouture de mon manuscrit correspond à l’attente qu’il en avait.

Je rêve d’écrire un spectacle et de le jouer sur scène.

Je rêve…maintenant je dois arrêter et me remettre au travail.

Olivier

Laisser un commentaire