Press "Enter" to skip to content

Jeté de lit inspiration Boro japonais

L’idée de départ est l’inspiration du Boro japonais. N’ayant absolument pas la prétention de pouvoir égaler le savoir-faire et la maestria des maîtres japonais, je me suis simplement inspiré.

Inspiration Boro japonais

Mon univers professionnel quotidien a fini de me donner l’inspiration. Ensuite ma volonté de travailler de plus en plus avec les textiles s’est imposée comme une évidence, sans pour autant m’éloigner trop de la peinture. Après quelques croquis bien peu satisfaisant, quelques mesures erronées et je me suis lancé dans la réalisation de ce jeté de lit façon Boro japonais, avec comme thème central le parfum de Chanel N°22. Ce choix est pour moi un peu à contre courant alors que tout le monde ne parle que du N°5 ou du N°19.

Inspiration parfum Chanel N°22

Ensuite, j’ai dû composer avec les détails techniques, et certainement grâce à ma persévérance et YouTube, je suis venu presque à bout de tous les obstacles, seuls les angles du biais sont restés un mystère quand à leur réalisation, et cela malgré un ouvrage et des dizaines de visualisation de tutoriels en français et en anglais, je crois que là, il va me falloir une explication en direct live, devant mes petits yeux ébahis.

Enfin, j’espère que cette réalisation ne restera pas unique, même si plusieurs journées de travail ont été nécessaires pour faire ce jeté de lit à mi chemin entre couture et création artistique, en fait j’ai déjà deux autres projets qui mijotent dans ma tête, mais je vous en reparlerai en temps voulu.

Assez de bavardages, voici les photos de ce jeté de lit inspiration Boro japonais et Chanel :

A très bientôt

Créativement vôtre

Coussins inspiration Boro japonais

Réalisation de housses de coussin d’inspiration Boro japonais

Après avoir réalisé le jeté de lit d’inspiration Boro japonais, il me fallait absolument confectionner des coussins assortis. Profitant d’une matinée de repos, j’ai sorti mes vieux jeans découpés, mon tissus jaune au toucher velouté, ma machine à coudre et ma créativité.

J’ai découpé des morceaux de jeans de façon à former un carré, d’environ 40 cm x 40 cm. Ensuite, après avoir épinglé les morceaux entre eux, je les ai cousu ensemble, avant de les coudre sur le tissu jaune.

Garder les franges, kitsch mais absolument adorable

J’ai pris le parti de gardé les franges, absolument kitsch mais absolument adorable des rideaux pour la finition du dos des coussins.

Ensuite encore quelques coups de machine à coudre, quelques fils à rentrer, nouer, couper et voilà en un peu plus de trois heures me voilà avec deux jolis coussins assortis à mon jeté de lit.

Aujourd’hui, encore une réalisation 100% récup’

En attendant un autre jeté de lit, un peu plus grand, toujours dans l’esprit Boro japonais voici mes réalisations du jour :

A bientôt

Créativement vôtre.

 

Jeté de lit inspiration Boro japonais

Jeté de lit inspiration Boro japonais

Alors qu’un nouveau projet couture, mais aussi peinture et même sculpture est doucement en train de faire son petit bonhomme de chemin dans mon esprit, sans oublier les projets d’écriture qui occupent mes doigts tous les jours sans exception, je viens de terminer un jeté de lit, enfin plutôt un bout de lit inspiré par le Boro japonais.

Qu’est-ce que le Boro japonais ?

Le Boro était un signe extérieur de pauvreté, voire de honte du monde paysan du Japon. Il s’agit de fabriquer et réparer les vêtements avec tous les bouts de tissus récupérés ou trouvés, principalement du coton. Les vêtements ressemblaient donc à un patchwork de tissus dépareillés, usés, parfois teints en indigo.

Je n’ai pas la prétention d’avoir réalisé une copie fidèle du Boro japonais, qui demande beaucoup de savoir-faire et de patience, je me suis juste inspiré.

Et même la simple inspiration m’a demandé beaucoup de temps, et de patience.

Je me suis aussi inspiré de la philosophie du Boro, c’est à dire ne pas jeter ce qui peut encore servir, donc recyclage de vieux jeans et de rideaux. Le seul achat réalisé pour la confection de ce jeté de lit est la ouatine cousu à l’intérieur.

Maintenant, il ne me reste plus qu’à réaliser deux petits coussins pour aller avec et j’aurai une jolie parure.

Ce jeté de lit mesure 60 cm sur 150 cm.

Voici quelques photos de cette réalisation pendant le processus de création et une fois terminée :

A bientôt

Créativement vôtre

Le vieux paroissien, texte transformé, Eugène Manuel

Le vieux paroissien, texte transformé, Eugène Manuel

Je vous présente, ici, un texte transformé qui a déjà trouvé sa place dans le livre d’artiste intitulé Le tiroir aux reliques toujours en cours de réalisation.

En effet, le choix des photographies, issues de journaux anciens, et des textes associés me prend beaucoup de temps, même si l’exercice peut sembler aisé, il n’en ai rien. Je suis sans cesse à la recherche d’un juste équilibre entre l’image, les mots et les dessins.

Pour le moment, je n’ai qu’un seul livre terminé. J’espère rapidement pouvoir en produire 5.

Bien entendu, je compte concevoir une exposition autour de ces livres d’artiste uniques, en réalisant des collages reprenant l’esprit plus que vintage de mes travaux en cours.

Il est évident que le premier tableau pouvant sans aucun problème coller au thème est Viva la moustache :

D’autres tableaux pourront éventuellement s’inscrire dans la lignée de mes livres d’artistes même si lors de mes expositions, j’aime toujours offrir un regard neuf et des œuvres inédites.

Pour le moment, j’ai deux projets très différents d’expositions et je vais avancer sans privilégier aucune des deux idées. Je vais laisser faire mes envies, mes attentes et surtout mon plaisir.

En attendant de vous en dire plus, je vous présente le texte transformé Le vieux paroissien de Eugène Manuel :

A bientôt

Créativement vôtre

Un jour, un texte : Je t’ai aimé

Je t’ai aimé

Je t’ai aimé
Juste d’amour,
Simplement,
Je t’ai aimé
Chaque jour
Plein de sentiments.

Je t’ai aimé
Par inconscience,
Aucune appartenance,
Je t’ai aimé
Toi, tes errances
Et mes indécences.

Je t’ai aimé
Juste d’amour,
Naturellement,
Je t’ai aimé
Mon amour,
Toi et tes amants.

Je t’ai aimé
Sans avoir le temps
De te le dire,
Je t’ai aimé
Tellement,
Sans te l’écrire.

Je t’ai aimé
Mon amour
Emporté par le vent,
Je t’ai aimé
Chaque jour
Dans chaque amant.

Je t’ai aimé
Encore,
Si fort,
Je t’ai aimé
Plus fort
Dans la mort.

Un jour, un texte : La main tremblante

La main tremblante

La main tremblante,
Lancée vers nos adieux,
Je t’offre ce sourire,
L’espoir de tes bras
Autour de mon corps nu.
Pourtant tu pars.
Tu ne te retournes pas.
Les lèvres humides,
Je pleure nos caresses,
Je noie mes faiblesses.
Sur ce quai de gare,
Je suis seul maintenant,
Seul avec le sentiment
Que tu ne reviendras pas,
Que tes promesses
Trop sincères,
S’évanouiraient
Dans le fracas du départ.

La main tremblante
Sur cette feuille blanche,
Je t’écris ces mots,
L’envie d’amour,
De nuits blanches,
D’ivresse, d’extase,
De sueurs froides,
De fantasmes,
De jouissances,
D’orgasmes,
L’envie de toi, de nous,
L’envie de ton amour,
L’envie de ton corps,
Le besoin égoïste
De tes sentiments.

La main tremblante,
La lame sûre,
Courant le long
De mes veines,
Cette lettre comme un cri
Mon sang sera l’encre
Indélébile
De ma mort
Sur ta conscience.
Adieu.

Tote bag : L’oiseau et son ballon

Mon tote bag : L’oiseau et son ballon

Mon premier tote bag vient de voir le jour, enfin façon de parler.

Il n’est pas parfait, loin de là, c’est le premier alors, il faut être indulgent. Il va me servir d’étalon, ainsi je vais pouvoir améliorer les versions suivantes.

Il faut dire aussi, que je n’ai pas fait dans la simplicité, j’ai choisi de faire des coutures anglaises, plus jolies mais plus longues à réaliser, surtout pour un débutant comme moi. J’ai aussi pris le parti de le doubler, afin d’en faire une version plus qualitative que les simples tote bag. Je me suis aussi amusé (lire enquiquiné) à faire des anses avec les deux tissus présent majoritairement sur le tote bag, ouais je suis comme ça, un gars qui aime les défis…

Ensuite’, bien entendu, il y a quelques petits défauts par-ci par-là, toujours garder à l’esprit que je suis un couturier autodidacte, comme pour tout le reste d’ailleurs, même si je n’hésite jamais à demander à ceux qui peuvent m’aider, à ceux qui savent.

En tout, il m’aura fallu presque quatre heures pour réaliser ce tote bag. Je suis quand même très content de moi et du résultat, ça fait du bien de flatter son ego.

J’ai déjà de nouvelles idées pour de nouveaux tote bag, car comme toujours, il n’y aura jamais deux tote bag identiques, comme il n’y aura jamais deux œuvres quelles qu’elles soient identiques, tout simplement, parce que je n’aime pas reproduire, j’aime créer, la création c’est la vie.

Stop avec les bavardages, voici les détails de ce tote bag : L’oiseau et son ballon :

A bientôt,

Créativement vôtre

Un jour, un texte : La mort de notre vie

La mort de notre vie

J’entends ton cœur
Plein de rancœur,
Mon amour jaloux,
Mais tu es fou
De croire encore
Que l’homme fort
De nous deux
C’est toi.

J’entends tes pleurs
Pleins de rancœur,
Mon amour déçu,
Mais je suis sûr
Que dans les bras
De tes amants,
Les faux-semblants
Sont sentiments.

J’entends tes cris
Pleins de rancœur,
Mon amour esseulé,
Mais je vais partir
Même si tu me supplies,
Je ne t’aime plus,
C’est lui que j’aime
Jusqu’au prochain.

 

Un jour, un texte : Tu n’étais déjà plus là

Tu n’étais déjà plus là

Tu n’étais déjà plus là.

Je ne sais plus vraiment
Quand j’ai poussé ta porte,
J’ai oublié ce moment là,
Je me souviens du silence
Qui fait résonner l’absence.

Tu n’étais déjà plus là.

Il n’y avait plus aucun bruit,
Je ne croyais pas la folie
Des larmes sanglantes,
Une fatale rencontre
Emportant ton dernier souffle.

Tu n’étais déjà plus là.

Il n’y avait que le sommeil
Pour rêver de ton amour,
Pour les souvenirs heureux,
Pour vider de nos yeux
Les larmes de ta mort.

Tu n’étais déjà plus là.

Il n’y avait plus que ce vide
Impossible à embrasser.
Rechercher dans mon passé
Le souvenir de t’enlacer
Loin de ce marbre froid.

Tu n’étais déjà plus là.

Adieu,
Puisque tu ne reviendras pas.
Adieu,
Puisque tu n’es plus que silence.
Adieu,
Cette éternelle souffrance.

Adieux inutiles,
Tu n’étais déjà plus là.

Un jour, un texte : L’amie fatale

L’amie fatale

Doux supplice,
Corps acide,
Tu pars
Le cœur libre,
L’amant troublant
Nos sentiments.

Petite mort,
Caresse fétide,
Tu baises
Les corps nus,
L’orgasme vibrant
De ressentiments.